28 novembre 2021 - Année liturgique C - Année de Saint Luc




Qui est Saint-Luc ?

Il est à Antioche, médecin de profession, païen, se convertit. Il portera le nom de Luc qui évoque la clarté. Saint Paul le présente comme un de ses collaborateurs vers les années 50 après Jésus-Christ. Il compose, sans doute à Antioche de Syrie vers les années 70-80, l’Evangile qui porte son nom et les Actes des apôtres.

Dans ce dernier livre, plusieurs passages sont rédigés à la première personne du pluriel, comme par exemple au chapitre 16, verset 11 : « Nous avons pris le bateau ». On pense donc qu’il s’agit de souvenirs personnels de Luc. On apprend ainsi qu’il a accompagné Paul lorsque celui-ci fut arrêté à Jérusalem, puis emprisonné à Césarée dans les années 58 à 60 après Jésus-Christ.

Luc, tout en restant en contact avec son maître, eut donc l’occasion de mener l’enquête dont il parle au début de son Evangile (Lc 1, 3). Peut-être rencontra-t-il la Vierge Marie ou des personnes de son entourage. Il est l’évangéliste qui nous parle le plus de la mère de Jésus. Il fait partie du voyage qui conduit Paul à Rome en 60-61 après Jésus-Christ.

La tradition veut que Luc soit représenté par le symbole du taureau car son Evangile commence dans le Temple de Jérusalem où des taureaux sont offerts en sacrifice.


Pour qui Luc écrit-il son Evangile ? Luc s’adresse à un certain Théophile. Derrière ce nom, qui signifie en grec « Ami de Dieu », se cache peut-être un homme connu de Luc, ou plus sûrement des communautés composées de païens convertis au christianisme. C’est aussi une façon pour Luc de s’adresser à chaque lecteur de son Evangile : « Toi aussi, tu es invité à devenir ami de Dieu ».


Que veut-il nous partager ?

Luc souligne tout particulièrement le rôle du Saint-Esprit qui fait naître la foi dans le cœur des hommes. Il est très attentif à la miséricorde de Jésus : un Messie plein de miséricorde, de tendresse et d’amour.

Il rappelle les rapports entre Jésus et les Écritures juives, et insiste sur “l’aujourd’hui” de la Bonne Nouvelle : les disciples d’Emmaüs et les premiers chrétiens relisent la vie, la mort et la résurrection de Jésus à la lumière de l’Ancien Testament. Luc rend compte des multiples lieux d’accueil de la Parole. Il rend grâce pour l’œuvre que Dieu a accomplie : Magnificat comme il aime nous le rappeler par la voix de Marie.