top of page

Vendredi Saint

Le Vendredi Saint, les chrétiens commémorent l’arrestation, le procès et la mort de Jésus sur la croix.

Pour entrer dans ce temps liturgique si particulier,voici une petite vidéo à voir ici


Un chemin de croix à méditer chez soi

En cette année de confinement dû à la pandémie de Covid-19, le chemin de croix est à méditer chez soi.Pour vous guider, voici trois propositions :

-> Chemin de croix avec Pèlerin magazine :

----> ici


-> Chemin de Croix avec les chrétiens du Quart-Monde qui a lieu habituellement à la cathédrale St Etienne de Toulouse : ----> ici


-> Chemin de Croix avec l’aumônerie de l’hôpital Cochin à Paris, dédié aux malades et personnels de soin : -------> ici

Office de la Passion

Lecture du livre du prophète Isaïe (52, 13 – 53, 12)







Mon serviteur réussira, dit le Seigneur, il montera, il s'élèvera, il sera exalté! La multitude avait été consternée en le voyant, car il était si défiguré qu'il ne ressemblait plus à un homme; il n'avait plus l'aspect d'un fils d'Adam. Et voici qu'il consacrera une multitude de nations; devant lui les rois resteront bouche bée, car ils verront ce qu'on ne leur avait jamais dit, ils découvriront ce dont ils n'avaient jamais entendu parler.

Qui aurait cru ce que nous avons entendu? À qui la puissance du Seigneur a-t-elle été ainsi révélée? Devant Dieu, le serviteur a poussé comme une plante chétive, enracinée dans une terre aride. Il n'était ni beau ni brillant pour attirer nos regards, son extérieur n'avait rien pour nous plaire. Il était méprisé, abandonné de tous, homme de douleurs, familier de la souffrance, semblable au lépreux dont on se détourne; et nous l'avons méprisé, compté pour rien. Pourtant, c'étaient nos souffrances qu'il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu'il était châtié, frappé par Dieu, humilié. Or, c'est à cause de nos fautes qu'il a été transpercé, c'est par nos péchés qu'il a été broyé. Le châtiment qui nous obtient la paix est tombé sur lui, et c'est par ses blessures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous.

Maltraité, il s'humilie, il n'ouvre pas la bouche: comme un agneau conduit à l'abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n'ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s'est soucié de son destin? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à cause des péchés de son peuple. On l'a enterré avec les mécréants, son tombeau est avec ceux des enrichis; et pourtant il n'a jamais commis l'injustice, ni proféré le mensonge. Broyé par la souffrance, il a plu au Seigneur. Mais, s'il fait de sa vie un sacrifice d'expiation, il verra sa descendance, il prolongera ses jours: par lui s'accomplira la volonté du Seigneur.

À cause de ses souffrances, il verra la lumière, il sera comblé. Parce qu'il a connu la souffrance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs péchés. C'est pourquoi je lui donnerai la multitude en partage, les puissants seront la part qu'il recevra, car il s'est dépouillé lui-même jusqu'à la mort, il a été compté avec les pécheurs, alors qu'il portait le péché des multitudes et qu'il intercédait pour les pécheurs.


La passion de Jésus-Christ selon St Jean 18,1 - 19,42







Homélie du père Gerard







Chant proposé par Annick et Michel : Fils de l’homme abandonné







1 / Fils de l’homme abandonné, tu trembles dans la nuit,

Tes disciples ne voient pas ton cœur à l’agonie.

Près de toi, qui veillera dans le jardin des pleurs ?

Ton Esprit nous soutiendra pour dépasser nos peurs.

R/ Fils de Dieu, tu as donné ta vie, Corps livré, sang versé !


2/ Fils de l’homme flagellé, ton corps n’est que douleur ;

Ta couronne ensanglantée nous dit la vraie grandeur.

Roi du monde, tu reçois le sceptre et le manteau.

Pas un mot sous les opprobres, car tu es l’Agneau !

3/ Fils de l’homme condamné au bois du Golgotha,

Bras levé pour le pardon, tu meurs sur cette croix.

Près de toi, Marie debout connaît Gethsémani,

Dernier souffle et dernier cri, l’Exode est accompli.

4/ Fils de l’homme qui rejoins tes frères endormis,

Tu les sauves par ta main, qu’ils vivent de ta vie !

Premier- Né dans le Royaume ouvert dès maintenant,

Tu promets le paradis, Lumière des vivants.

Comentários


bottom of page